Gérer ses émotions pour mieux arrêter la masturbation compulsive et le porno - #3 : la peur

Apprendre à gérer ses émotions est indispensable pour sortir d’une addiction au porno et à la masturbation et pour traverser sereinement la période de sevrage.


masturbation-pornographie-dopamine

À cela trois raisons :

  • Le plaisir addictif a servi de régulateur émotionnel et il faut à présent se passer de cette béquille pour redevenir autonome. Bonne nouvelle : chacun de nous a en lui les ressources nécessaires pour gérer ses émotions ! Avec de l'entraînement, c'est possible.

  • Comme tout processus de deuil, le sevrage fait traverser différentes étapes émotionnelles qui sont autant de passages obligés : la peur, la révolte, la tristesse, la déprime, etc.

  • L’arrêt du comportement compulsif provoque forcément un effet de manque, plus ou moins important selon les personnes. Celui-ci peut entraîner de l’irritabilité.


Voici donc quelques conseils pour tirer parti de ces émotions au lieu de les subir, pour les mettre au service du changement recherché.


Dans cet article : la peur, l'émotion qui appelle à affronter l'inconnu.



Une émotion fondamentale


La peur est probablement l’émotion la plus primaire, la plus archaïque… et aussi la plus puissante. Elle se manifeste de manière ponctuelle face à un danger identifié ou une situation inconnue. En soi, elle est très utile : associé au besoin vital de sécurité inscrit en chacun, elle mobilise de l’énergie comme toutes les émotions. Elle suscite la prudence, encourage à la planification, et accompagne vers le changement.


sevrage-pornographie-masturbation

La peur ne devient problématique que lorsqu’elle suscite des réactions inadéquates et disproportionnées : paralysie, recherche du statu quo, pensées obsessionnelles, etc.


On confond régulièrement la peur avec l’angoisse et l’anxiété qui n’ont pas d’objet précis. L’angoisse est brusque et aigüe, l’anxiété davantage chronique et diffuse. Pour compléter ce tableau, notons aussi l’existence d’une autre forme d’angoisse, de nature davantage métaphysique : elle a pour origine notre condition humaine, par essence limitée et fragile, marquée par le manque et la souffrance. Elle est liée à l’interrogation sur la destinée ultime, et s’exprime à travers des questions telles que : « où vais-je ? », « qu’est-ce que je vais devenir ? ».


Il ne faut pas sous-estimer les manifestations physiques de la peur, qui peuvent être très variées, et parfois violentes : gorge serrée, maux de ventre ou de tête, pointe dans le cœur, tensions, etc.


Face au défi d’un sevrage, la peur est normale : des repères vont changer, des sécurités vont disparaître. La vie s’est structurée autour de l’addiction, un vide va la remplacer.


Fais de ta peur une alliée !

comment-arreter-la-pornographie-peur

Il est tout à fait normal d’avoir peur à l’idée de lâcher sa bouée (porno, masturbation, etc.). Pour ne pas rester dans la paralysie, voici ce que tu peux faire :

  • Tu te dis peut-être : « Vais-je réussir à arrêter ? » Si cette question est légitime, il est improductif de la faire tourner en circuit fermé dans son cerveau. Répète-toi plutôt : « Je veux y arriver ». Tu n’es pas moins capable que d’autres qui ont réussi avant toi. Tu n’as pas besoin de ta bouée. Ce dont tu as besoin, c’est de faire face pour trouver ton courage, pour te le prouver.

Je veux y arriver !
  • Tire parti de ta peur… pour rester prudent : détecte ton stress, ta fatigue ; identifie les situations à risque, les déclencheurs ; gère ton agenda…

  • Célèbre tous tes progrès et succès, même les plus minimes, pour renforcer ta confiance en toi : constate que tu avances.

  • Adopte la politique des petits pas : identifie chaque petite peur, va vers elle et agis pour la dissiper avant qu’elle gonfle. Rapproche-toi des événements, des situations, des personnes. Accomplis des tâches qui te donnent le sentiment de contrôler.

  • N’aie pas peur des découvertes positives que l’inconnu te réserve : découvrir en toi une personne différente, expérimenter la joie et la libération, etc… Tu as droit à ce bonheur, tu le mérites ! Dis-toi que si ta vie va changer, c’est pour un mieux !


Bonne route !