Sophie (24 ans) : j'étais addicte aux vidéos "érotico-romantiques" de Youtube et à la masturbation


L'addiction à la masturbation et aux images, ça ne concerne pas que les hommes...


Sophie est l'une des personnes que j'ai aidées à s'en sortir. Âgée de 24 ans, elle est étudiante et vit dans le sud de la France. Je n'ai rien changé dans son témoignage... sauf son prénom.


arreter-la-masturbation-la-pornographie

Lorsque j'ai contacté Tanguy, cela faisait de nombreuses années que j'étais empêtrée dans les rouages de la masturbation associée à la consultation de vidéos « érotico-romantiques » sur Youtube.



La masturbation, le moyen de fuir mon mal-être émotionnel


En grandissant, je m’étais construit cette échappatoire pour fuir toutes les peurs que je ne parvenais pas à gérer et pour apaiser mon mal-être. Peu à peu, plutôt que de me faire du bien, cette habitude m’a donné un dégoût de moi-même et une forte irritabilité.


Je me savais malheureuse, j’avais une faible estime de moi et je portais un regard biaisé sur les relations affectives. J’éprouvais des difficultés à aller vers les autres, à dire non ou à passer à l’action sans procrastiner. Dès que j’échouais dans une entreprise, j’avais de plus en plus de mal à l’accepter. Je ne me sentais pas à ma place et je ressassais des idées noires. Je prenais de la distance avec mes amis et je restais chez moi pour visionner des films sur Youtube.


arreter-la-masturbation-la-pornographie

De plus en plus malheureuse, j'essayais de me battre contre l’addiction sans trouver des moyens efficaces pour me libérer de mon esclavage. J’étais convaincue que « ça » ferait toujours partie de moi.



Pour sortir de mon addiction, j’ai appris à mieux me connaître


Au bout de longues années de cette lutte inutile et épuisante contre moi-même, j'ai finalement décidé de me faire aider pour sortir de ce cauchemar sans fin. En début d’année, j’ai pris une résolution et j’ai contacté Tanguy.


En travaillant avec lui, j'ai pris conscience que je ne devais pas combattre un ennemi à l’intérieur de moi mais apprendre à mieux me connaître et m’accepter. J’ai découvert comment me mettre à l'écoute de mes besoins et mes émotions au lieu de les nier et de culpabiliser.

arreter-la-masturbation-la-pornographie

Au début de l’accompagnement, je me décourageais après chaque accident. Puis j’ai réussi à être plus attentive et bienveillante envers moi-même et à accueillir mes hauts et mes bas. J’ai compris comment me relever après chaque chute, jusqu’à reprendre le contrôle de mes comportements compulsifs.



Quitter l’imaginaire


Aujourd’hui, je prends la parole plus facilement – c’est cool de pouvoir m’exprimer ! – je sais mieux comment je veux employer mon temps, et je m’efforce de me centrer sur mes priorités et mes objectifs. Je n’ai plus peur de me demander « Qui suis-je ? ». Enfin, je détecte et gère mieux mon stress et je n’hésite plus à me faire plaisir et à me détendre (vive la cuisine !).

arreter-la-masturbation-la-pornographie

Bien sûr, il me reste du chemin à parcourir, mais je sais que j’avance dans la bonne direction et j'admire chaque pas que je fais. Je déconstruis progressivement le monde imaginaire dans lequel je fuyais, et j’ancre ma vie dans la réalité.


Je suis fière de moi !


Sophie