Témoignage : "Mon addiction au porno m'avait empêché de me construire totalement"


Âgé de 33 ans, Bertrand est marié et père de 3 jeunes enfants.

Il vit dans le sud de la France.


J'ai découvert le porno par accident vers la fin du collège alors que j'étais baby-sitter dans une famille abonnée à Canal +. Dans un contexte fragile (je me masturbais déjà beaucoup, j'étais blessé après avoir subi une tentative d'agression sexuelle par un chef scout), et du fait de l'accès tout nouveau à Internet à l'époque, je suis très vite devenu addict au porno, aux tchats, aux forums, principalement et surtout homosexuel. Cela m'a très longtemps questionné, m'a empêché de me construire totalement, sans pour autant gâcher complètement ma jeunesse.


addiction-pornographie-masturbation-sevrage

Malgré quelques périodes d'abstinence et des bonnes résolutions, cette addiction n'a cessé de me poursuivre et s'est accélérée une fois devenu étudiant. J'ai traîné cette blessure, cette honte suprême tout ce temps, sans avoir le courage de la partager à quiconque, jusqu'à ce que je rencontre la femme de ma vie.


Les engagements pris auprès de ma femme ont toutefois fini par craquer, si bien que j'ai décidé de suivre le parcours proposé en 40 jours par le livre "Libre pour aimer". Je l'ai néanmoins suivi seul, sans parrain, contrairement à ce que les auteurs conseillent (à juste titre d'ailleurs). Si ce parcours m'a beaucoup aidé à prendre conscience de nombreuses choses (rôle de la frustration et du stress, déculpabilisation, identification et gestion des stimuli, etc.), il n'a été efficace qu'un temps, principalement parce que je l'ai suivi seul.


addiction-pornographie-masturbation-sevrage

Face à ma rechute, j'ai fini par promettre à ma femme de me faire aider, c'est-à-dire pour moi l'équivalent de grimper l’Himalaya, si bien que je n'ai eu de cesse de reporter cet engagement. Puis je suis tombé un jour sur un article de presse à propos de Tanguy. J'ai pris cet article comme un signe du Ciel, une opportunité, la première et la dernière, à ne pas louper pour tenir mon engagement envers mon épouse.


J'ai apprécié que Tanguy me précise assez rapidement que l'objet de cet accompagnement ne serait pas de décrire par le menu mes consultations porno, tous les détails, ce qui était ma crainte. Pour autant, Tanguy a su viser juste et poser les bonnes questions ou aborder des sujets que je n'avais pas spécialement envie d'aborder (notamment mon attirance pour le porno masculin, mes blessures passées), tout en conservant une certaine pudeur dans nos échanges.


Les séances ont alterné échanges sur le fond (la personnalité, les blessures, les mécanismes psychiques et physiologiques) et sur les techniques à mettre en œuvre pour éviter les rechutes (filtres Internet, gestes barrières, trucs et astuces en cas de déplacement professionnel ou de temps passé seul à la maison, etc.).


addiction-pornographie-masturbation-sevrage

Tanguy m'a également beaucoup encouragé à prendre conscience de mes émotions. Il m'a aussi appris à reconnaître la petite voix enfantine intérieure qui m'encourage à retomber dans le porno, en vue de mieux la gérer, d'être plus adulte qu'elle.


Plus besoin de doudou

C'est d'ailleurs grâce aux questions et aux échanges avec Tanguy que j'ai eu une révélation : cette démarche, et d'autres événements de la vie, m'ont amené, à 35 ans, à devenir vraiment un adulte, qui n'a objectivement plus besoin de "doudou" (le porno) pour se réconforter ou s'échapper d'une situation.


L’accompagnement est terminé depuis peu. Certes, la partie n'est pas définitivement gagnée : je dois rester prudent comme un alcoolique en sevrage ; je suis encore sensible aux stimuli et je sais que je peux encore facilement me laisser déborder. Mais ma vie est bien plus cohérente et n'est plus minée par ce boulet obsédant que je trainais depuis des années.


addiction-pornographie-masturbation-sevrage